Skip to main content

le Parti Écologique « Soleil » saisit la justice contre l’entreprise chinoise TFM !

Après les cris de détresse de la population du village Kabombwa situé à 12 km de la commune de Fungurume, Docteur Médard Dieya a effectué une descente sur le terrain avec une forte délégation composée d’un cabinet d’avocats.

Sur le lieu, le constat est amer. Les communautés se disent être victimes de la pollution de l’environnement à travers l’une des usines appartenant aux sujets chinois. Le Parti Écologique  » Soleil », par le biais de son président national Dr Médard Dieya, est monté au créneau pour exiger réparation car la population de cette contrée se trouve être en danger permanent.

Selon le numéro 1 de ce parti, l’eau de rivière que consomme la population de Kabombwa a été polluée par les liquides de l’usine de production du chaud installée dans ce village depuis quelques années par l’entreprise chinoise.

Le cabinet d’avocats de cette formation politique révèle que les conséquences sont fâcheuses notamment, avec l’apparition des maladies hydriques et dermatologiques ainsi que le sèchement des produits agroalimentaires.

Engagé pour la protection de l’environnement, ce parti écologique accuse l’entreprise TFM d’avoir pollué l’air avec la fumée de son usine qui, selon son président national, a de l’impact pervers sur des femmes enceintes, notamment des fausses couches et des malformations des enfants lors de la naissance.

A ce stade, Dr Médard Dieya dénonce la complicité des autorités locales et appelle à l’implication du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à travers le gouvernement de la République, pour la délocalisation de l’usine de l’entreprise minière Tenke Fungurume.

“Nous avons constaté que la population est abandonnée à son triste sort, les enfants, les hommes et les femmes sont exposés à des maladies de tout genre. Pour le moment, les maladies visibles et palpables, ce sont celles de la peau. L’eau qui devait être incolore, la rivière Kabombwa est devenue noire. On ne sait pas les maladies tardives que ces eaux peuvent causer à l’intérieur des organes de toute cette population”, a souligné Docteur Médard Dieya.

Il a promis, en passant, aux victimes de saisir dès ce lundi, les instances judiciaires nationales et internationales dans le but de sanctionner l’entreprise concernée.

Pour lui, cette entreprise multinationale, devra réparer les préjudices causés.

“C’est pourquoi, nous, en tant que Parti Écologique, nous allons amener l’entreprise Tenke Fungurume Mining en justice et cette population doit être indemnisée”, a-t-il précisé.

Médard Dieya a tout de même apppelé à l’implication du président de la République et de la vice-Première ministre, ministre de l’Environnement, en vue de rétablir la pauvre population dans leurs droits.

Leave a Reply